Blog EduRespect ---> blog 2 sur les éducations au respect ->

Eléments de stage, stage québecois

Prévenir la violence au travail

vendredi 11 juillet 2014, par philzard

Sexisme - Homophobie

Qu’est-ce que le sexisme ? Quelles sont les conséquences du sexisme au travail ? Quelles sont les conséquences juridiques du sexisme ?

Qu’est-ce que le sexisme ?

En milieu de travail, le sexisme se définit comme une discrimination fondée sur le sexe de la personne, féminin ou masculin. Ce sont le plus souvent des femmes qui en sont victimes ,mais des hommes en sont aussi la cible. Ce comportement discriminatoire cherche à maintenir et à renforcer les stéréotypes des rôles sexués (masculins ou féminins) dans l’organisation. Il encourage la division du travail suivant le sexe et limite l’accès à certaines carrières en fonction de celui-ci. Il peut se traduire par le cantonnement à des tâches subalternes, l’absence dans la prise de décision, voire l’obligation de se soumettre aux attentions non désirées de personnes en position d’autorité.

Quelles sont les conséquences du sexisme au travail ?

POUR LA VICTIME Le sexisme impose un climat de travail hostile en fonction du genre. La victime se voit traitée comme un objet au lieu d’être considérée pour ses savoirs et ses compétences. C’est une situation difficile à surmonter surtout lorsque plusieurs collègues se soutiennent dans cette attitude ou que la direction ne semble pas vouloir intervenir. La victime est peu à peu conditionnée à se croire inférieure par rapport au sexe opposé.

En conséquence, la victime peut souffrir de détresse avec tout ce que cela comporte de problèmes physiologiques (hypertension, ulcères, eczéma, maux de toutes sortes) et psychologiques (nervosité, insomnies, épuisement). Elle perd sa personnalité et l’estime d’elle-même au travail et dans sa vie personnelle.

Le sexisme peut entraîner également une détresse économique chez la victime puisque, d’une part, elle se voit limitée en matière de promotion et d’avancement. D’autre part, elle peut se retrouver dans un état dépressif l’obligeant à abandonner son travail et la rendant incapable d’y retourner.

POUR LES TÉMOINS DANS L’ENTREPRISE Le sexisme peut faire partie de la culture d’entreprise. Dans ce cas, les témoins n’osent pas se manifester et aller à l’encontre de l’opinion du groupe. Leur silence renforce et encourage le comportement discriminatoire de leurs collègues.

POUR L’ENTREPRISE Le sexisme a pour conséquence de priver une entreprise de manière arbitraire d’une ressource importante : les connaissances et les compétences de son personnel féminin. Là où il existe, la plupart du temps il s’est développé à même la culture d’entreprise au point de faire partie de ses valeurs. Une fois dénoncé, il provoque une remise en question qui peut atteindre ses fondements. Dans ce cas, les changements de mentalité et d’organisation prennent du temps. Il faut savoir les planifier en conséquence.

Quelles sont les conséquences juridiques du sexisme ?

Le sexisme est une forme de discrimination et d’abus de pouvoir qui contrevient aux chartes canadiennes et provinciales des droits et libertés protégés par la Loi. À titre d’exemple, voici l’extrait de la Charte des droits et libertés de la personne (L.R.Q., c. C-12) du Québec sur le sujet.

« 10 Toute personne a droit à la reconnaissance et à l’exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, la grossesse, l’orientation sexuelle, l’état civil, l’âge sauf dans la mesure prévue par la loi, la religion, les convictions politiques, la langue, l’origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap ou l’utilisation d’un moyen pour pallier ce handicap.

Il y a discrimination lorsqu’une telle distinction, exclusion ou préférence a pour effet de détruire ou de compromettre ce droit.

10.1 Nul ne doit harceler une personne en raison de l’un des motifs visés dans l’article 10. » Une condamnation pour infraction à la Loi ou au Code criminel peut avoir un effet sur le droit d’exercice d’une profession.

Homophobie - Sexisme

Qu’est-ce que l’homophobie ? D’où vient l’homophobie ? Quelles sont les conséquences de l’homophobie au travail ? Quelles sont les conséquences juridiques de l’homophobie ?

Qu’est-ce que l’homophobie ?

Littéralement, l’homophobie est une attitude de discrimination envers l’homosexualité avérée ou supposée. En milieu de travail, elle peut se traduire par des comportements (paroles, gestes, écrits) et du harcèlement qui portent atteinte à la dignité et à l’intégrité d’une personne parce qu’elle est homosexuelle ou perçue comme telle.

D’où vient l’homophobie ?

Lambda, une société suisse vouée à l’éducation en matière d’homosexualité, définit différents niveaux d’homophobie. Chacun de ces niveaux pourrait aussi en expliquer la provenance.

Homophobie du langage Insultes, plaisanteries, vocabulaire négatif qui stigmatisent l’homosexualité et les personnes homosexuelles. Homophobie personnelle Sentiment/croyance personnelle que les homosexuels sont anormaux, bizarres, malades. Homophobie interpersonnelle Sentiment de peur à l’égard des homosexuels — insultes, peur, évitement, violence verbale et physique. Homophobie institutionnelle Institutions, lois, règlements qui discriminent les homosexuels. Homophobie sociale et culturelle Normes sociales et culturelles qui favorisent l’hétérosexualité au détriment de l’homosexualité. Privilèges inconscients. Valeurs sociales, religieuses, culturelles. Livres, iconographie qui excluent les homosexuels. Homophobie intériorisée des homosexuels Les homosexuels eux-mêmes intériorisent les préjugés, les normes sociales homophobes et en viennent à se dévaloriser, voire à se détester eux-mêmes, et à dévaloriser, voire à détester les homosexuels de leur entourage. Hétérosexisme Présupposé qui veut que tout le monde soit hétérosexuel, et que l’hétérosexualité est la seule option valable (cf. homophobie institutionnelle et culturelle). Souvent inconscient. Avantages inconscients des hétérosexuels. Quelles sont les conséquences de l’homophobie au travail ?

POUR LA VICTIME Au travail, l’homophobie dévalorise la contribution professionnelle de la victime en mettant l’accent sur sa vie privée plutôt que sur son rôle et ses responsabilités. Malgré ses efforts pour se faire accepter, la victime se sent incomprise et marginalisée. Le travail étant une source importante dans la formation de son identité, il peut y avoir un impact sur l’armature de sa santé mentale et elle peut même envisager le suicide.

POUR LES TÉMOINS DANS L’ENTREPRISE L’homophobie crée un climat d’intolérance et de malaise semblable à celui du racisme en entreprise. C’est une forme de discrimination qui peut inciter à la haine et à la violence.

POUR L’ENTREPRISE En présence de l’homophobie, comme dans le cas de harcèlement raciste, l’entreprise peut voir remettre en question les valeurs et la culture qui la caractérisent. Elle devra examiner à fond ses politiques et procédures, en particulier en matière d’embauche, de contrats et de promotion. Elle subira des pertes en personnel (congédiements, abandons, congés de maladie), en productivité et en revenu (perte de clientèle). Si elle s’avère en partie responsable de la situation, elle pourrait être passible de poursuites et son image de marque - sa crédibillité – pourrait en être affectée.

Quelles sont les conséquences juridiques de l’homophobie ?

L’homophobie est une forme de discrimination qui contrevient aux chartes canadiennes et provinciales des droits et libertés protégés par la loi. À titre d’exemple, voici l’extrait de la Charte des droits et libertés de la personne (L.R.Q., c. C-12) du Québec sur le sujet.

10 Toute personne a droit à la reconnaissance et à l’exercice, en pleine égalité, des droits et libertés de la personne, sans distinction, exclusion ou préférence fondée sur la race, la couleur, le sexe, la grossesse, l’orientation sexuelle, l’état civil, l’âge sauf dans la mesure prévue par la loi, la religion, les convictions politiques, la langue, l’origine ethnique ou nationale, la condition sociale, le handicap ou l’utilisation d’un moyen pour pallier ce handicap.

Il y a discrimination lorsqu’une telle distinction, exclusion ou préférence a pour effet de détruire ou de compromettre ce droit.

10.1 Nul ne doit harceler une personne en raison de l’un des motifs visés dans l’article 10.

Une condamnation pour infraction à la Loi ou da Code criminel peut avoir un effet sur le droit d’exercice d’une profession.

Voir en ligne : Source et compléments d’informations

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0