Blog EduRespect ---> blog 2 sur les éducations au respect ->
Accueil du site > Filmographie > STONEWALL, film de Roland Emmerich

STONEWALL, film de Roland Emmerich

samedi 16 juin 2018, par philzard

Inspirés des faits survenus dans le bar Stonewall, à Greenwich Village, le 28 juin 1969 : un raid de police a été organisé dans ce bar détenu par la mafia, dans lequel la communauté LGBT se retrouvait. Ce lieu est devenu important dans les combats menés par la communauté homosexuelle...

Les émeutes de Stonewall sont une série de manifestations spontanées et violentes contre un raid de la police qui a eu lieu dans la nuit du 28 juin 1969 à New York, au Stonewall Inn (dans le quartier de Greenwich Village). Ces événements sont souvent considérés comme le premier exemple de lutte des gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres contre un système soutenu par les autorités et persécutant les homosexuels. Ces émeutes représentent le moment symbolique marquant la réelle éclosion du militantisme LGBT, aux États-Unis et partout dans le monde.

Dans les années 1950 et 1960, les homosexuels américains font face à un système juridique très homophobe. Plus tôt, déjà, des groupes homophiles américains cherchaient à prouver que les homosexuels pouvaient être assimilés dans la société et ils ont favorisé la cohabitation entre les homosexuels et les hétérosexuels (Mattachine Society et Daughters of Bilitis). Cependant, la fin des années 1960 fut très conflictuelle : de nombreux mouvements sociaux étaient actifs dont le mouvement des droits civiques contre la ségrégation raciale (Black Panther), la contreculture des années 1960 et les manifestations pacifistes contre la guerre du Vietnam. Ces influences combinées à l’environnement libéral de Greenwich Village furent les catalyseurs des émeutes de Stonewall.

Très peu d’établissements accueillaient ouvertement les homosexuels dans les années 1950 et 1960. Ceux qui le faisaient étaient souvent des bars dont les gestionnaires étaient rarement homosexuels eux-mêmes. Le Stonewall Inn était la propriété de la mafia. Il s’adressait à tous types de clients mais était célèbre pour sa popularité auprès des plus marginalisés dans la communauté LGBT : les personnes transgenres, les travestis, les jeunes hommes efféminés, les prostitués et les jeunes sans-abri. Les descentes de police étaient monnaie courante à l’époque mais les policiers ont rapidement perdu le contrôle de la situation au Stonewall Inn en raison d’une foule révoltée que les raids policiers attirèrent. Les tensions entre police de New York et résidents gays de Greenwich Village prirent encore plus d’ampleur le lendemain soir et de nouveau plusieurs jours plus tard. En quelques semaines, les résidents du quartier se sont organisés en groupes militants, mettant en place des lieux où les gays, les lesbiennes et les transgenres pourraient se retrouver sans crainte d’être arrêtés.

Après les émeutes de Stonewall, les gays et lesbiennes de New York ont franchi les fossés de genre, de générations et de classe pour former une communauté unifiée. En l’espace de six mois, deux organisations homosexuelles furent créées à New York pour organiser des actions militantes et trois journaux furent fondés dans le but de promouvoir les droits des gays et des lesbiennes. En quelques années, des organisations de défense des droits des homosexuels ont fait leur apparition aux États-Unis et dans le monde. Le 28 juin 1970, les premières Gay Prides ont eu lieu à Los Angeles et à New York pour marquer l’anniversaire des émeutes de Stonewall. Des marches similaires ont été organisées dans d’autres villes et, aujourd’hui, des Gay Prides sont organisées chaque année, partout dans le monde, vers la fin du mois de juin, pour commémorer ces émeutes.

Lire la suite ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8...

Il aura suffit d’une bande annonce du Stonewall de Roland Emmerich pour lancer la polémique et une pétition qui a rassemblé 20.000 personnes. Le film ne donnerait pas la place légitime aux personnes trans et autres folles de couleur lors des émeutes de juin 1969 qui marquent le début officiel de la lutte LGBT. Mais avant d’appeler au boycott, ça serait bien d’attendre la sortie du film (25 septembre). Non ? Cela fait des années que la bataille intra-communautaire fait rage sur les débuts du mouvement gay. Malgré les photos d’époque et les nombreux documentaires réalisés depuis vingt ans sur ce moment unique de la rébellion homosexuelle qui attestent que folles, travestis, transsexuelles, homos et lesbiennes ont pris part aux trois journées d’émeute suivant l’attaque policière du bar Stonewall à Greenwich Village, le sujet est toujours très sensible. Qui a jeté la première pierre contre les forces de police ? Était-ce un cisgenre ? Une prostituée noire ? Une lesbienne latina ? Un hétéro ami des gays ? Who cares quand cette révolte fut précisément un moment d’union contre les descentes de police et les intimidations de la mafia ?

Voir en ligne : Suite de l’article de D. Lestrade sur Slate

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0