Blog EduRespect ---> blog 2 sur les éducations au respect ->
Accueil du site > Filmographie > Un HOMME à la HAUTEUR

Un HOMME à la HAUTEUR

samedi 16 juin 2018, par philzard

Maladroit, un tantinet trop convenu et romantique, l’atout de ce film est d’évoquer les préjugés et les discriminations des personnes différentes : ici les gens de petite taille. Et rien que pour cela et la valeur pédagogique, on peut applaudir !

Diane est une belle femme. Une très belle femme. Brillante avocate, elle a de l’humour et une forte personnalité. Et comme elle vient de mettre un terme à un mariage qui ne la rendait pas heureuse, la voilà enfin libre de rencontrer l’homme de sa vie. Le hasard n’existant pas, Diane reçoit le coup de fil d’un certain Alexandre, qui a retrouvé le portable qu’elle avait égaré. Très vite, quelque chose se passe lors de cette conversation téléphonique. Alexandre est courtois, drôle, visiblement cultivé... Diane est sous le charme. Un rendez-vous est rapidement fixé. Mais la rencontre ne se passe pas du tout comme prévu…

- Critique de Studio Ciné Live par Sophie Benamon : On regrettera tout juste que Laurent Tirard et son coscénariste Grégoire Vigneron aient suivi d’un peu trop près le canevas de la comédie romantique. En tout cas, "Un homme à la hauteur" est un film qui fait du bien. De ceux qui contribuent à abolir les préjugés. Tant mieux !

- Critique de La Voix du Nord par Philippe Lagouche : Le scénario développe un coup de foudre entre une belle blonde d’un mètre septante-cinq et un brun ténébreux d’un mètre trente-six. (...) Puis, comme s’il voulait exorciser certaines cuisantes blessures, le scénario vire au méli-mélo sentimental, genre film à thèse sur le handicap, la différence, la souffrance, le regard de l’autre. Hélas un tantinet démonstratif.

- Le Nouvel Observateur par Nicolas Schaller : Barricadé derrière son modèle et sa mise en scène étriquée, le réalisateur du "Petit Nicolas" mise tout sur son couple d’acteurs, à raison : l’alchimie entre Efira et Dujardin est telle que l’on passe outre les seconds rôles moyennement inspirés et le manque de folie de cette comédie romantique et gentillette qui ne s’imagine pas plus grande qu’elle ne l’est.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0